Le métayer du Diable – ou La légende de l’Armagnac

Qui ne connait pas cette eau de vie délicieusement corsée qu’est l’armagnac ? Dans toute la Gascogne, et bien au-delà, sa réputation et son succès ne sont plus à faire ! Cette boisson est d’ailleurs tellement emblématique de notre belle région qu’elle a, elle aussi, donné naissance à une légende qui explique son origine…
Voici ce qu’elle raconte :

                       Il y avait une fois, entre Villeneuve-de-Marsan et Labastide-d’Armagnac, un riche paysan qui était mort sans enfants, comme un mécréant. Il alla en Enfer et le Diable hérita de sa terre. Satan chercha un métayer pour partager les produits, mais personne ne voulait travailler pour lui, même sous l’aspect le plus favorable. Enfin, un garçon se présenta, et il plut à Lucifer.

« Mon cher ami, voici les conditions : moitié, moitié. »
Et comme il venait de voir un magnifique champ de blé avoisinant, il ajouta :
« Je prends tout ce qui dépasse du sol, toi tout ce qui est dans le sol.
-Entendu, maître. »

Notre métayer rentra chez lui et planta des raves, des navets, des carottes, des poireaux. Les champs étaient verts éblouissants. Lorsque le Diable revint chercher sa récolte, il était gai, entouré d’une nuée de petits diablotins qui tiraient des charrettes grinçantes.
Il ne put emporter que des feuilles sans valeur, et il entra dans une grande colère.

« Cette fois-ci, changeons les conditions. Tu as le dessus et moi le dessous.
– Entendu, maître. »

Et notre homme sema blé, seigle, avoine. Lorsque le Diable revint, il admira en passant les vertes frondaisons de Perquie et la magnifique silhouette du château de Ravignan, gai comme un pinson de l’Enfer, et il fut ravi de l’apparence merveilleuse de la récolte. Encore mieux vu d’en bas que d’en haut, mais pour sa part, il ne trouva que des racines racornies. Sa colère fut encore plus grande. Tout trembla alentour. A grands renforts de jurons, il traita notre homme de voleur.

« Maître, maître, c’est vous qui avez choisi ! Choisissez encore!
– Tout !
– Laissez-moi vivre ! Voulez-vous tout ce qui pointe vers le ciel et tout ce qui pointe dans la terre ?
– D’accord ! Si tu réussis encore à me tromper, tu auras la terre, mais gare à toi ! »

Peu rassuré, notre métayer rentra chez lui et planta de la vigne qu’il fit pousser au maximum. Le Diable venait surveiller les travaux, et il n’admirait plus l’aspect changeant du Tursan et du Gabardan, la riche campagne aux bosquets giboyeux, les vallons aux sources vives, rien ne l’intéressait, la récolte avant tout. Il voyait pointer les feuilles vertes : « Elles seront pour moi ! » se disait-il en les mesurant avec sa queue. Il alla jusqu’à mettre son doigt crochu dans les racines : « Belles racines, marmonna-t-il, pour moi aussi ! »
Juin arriva.
« Trop tôt, maître ! dit son métayer, et juillet et août aussi. »

En septembre les feuilles se raréfièrent, certaines même jaunirent. Le Diable s’impatientait fort. En octobre, notre homme se déclara satisfait, et il vendangea car, dit-il à Lucifer :
« Les feuilles pointent et les racines aussi, prenez-les, moi je ne prends que ces pauvres grappes qui pendent !
-Voleur, pendard ! » Le Diable fou de colère jurait comme il savait le faire : « Tu as gagné bandit, mais tu n’en profiteras pas. Le vin de ces vignes et de celles alentours ne vaudra rien à boire ! »

Notre métayer avait sa terre mais était bien ennuyé. Qu’allait-il faire de son vin ? Il alla voir son vieux curé pour lui conter son histoire.

« Tu as été bien imprudent mon ami, tout ce qui vient du Diable doit être brûlé. Brûle ton vin en priant Saint-Vincent. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il porta son vin à distiller. La flamme bleue de l’alambic, avec les cuivres mordorés, le faisaient frissonner. Était-ce déjà l’Enfer ? Le vin bouillonnait, des vapeurs s’échappaient de l’appareil compliqué, le bouilleur de cru s’affairait. Les premières gouttes arrivèrent.

« C’est du feu, Diou Biban ! » s’écria notre homme.
Et le brave curé d’ajouter :
« Brûle, brûle, nous verrons bien. »

Enfin la nouvelle eau-de-vie sortit, limpide et corsée. On la mit dans un fût de chêne de la forêt de Saint-Vincent. Bien vite, elle prit sa belle teinte ambrée et son parfum de violette embauma tout le quartier. Vous avez tous reconnu l’armagnac !
Aussi, lorsqu’au fond d’un verre vénérable vous dégusterez ce nectar, souvenez-vous du pauvre Diable de Villeneuve et de son métayer gascon.

s-l225

Vendange d’eau de vie d’armagnac, gravure, 1855

Voici donc comment l’armagnac a vu le jour ! Un vin brûlé car il avait été maudit par le Diable… Mais un Diable pas bien malin il faut le dire, qui se laisse berner très facilement par ce jeune garçon rusé. Et ce n’est pas le seul conte dans lequel on nous dépeint le Diable comme étant un personnage, certes effrayant, mais manquant d’intelligence, et souvent ridiculisé par les hommes qui s’avèrent plus malin que lui… De nombreux contes traitant du Diable le montrent ainsi, par exemple celui que je vous ai partagé le mois dernier, Le Seigneur de Poyaller, dans lequel le Diable, qui avait fait un pacte avec un seigneur cupide, se retrouve finalement bien aisément évincé lorsque le seigneur se contente de lui lancer des coques de noix vides durant le banquet final. Il semble que dans les contes populaires, un minimum de ruse (et un minimum d’aide de la part de l’Eglise et du Bon Dieu, toujours) suffise à contrer les volontés sataniques.

C’est une chose qui m’a plutôt étonnée à la lecture de ces histoires, car elles contrastent avec la façon dont les ouvrages historiques parlent de la perception du Diable par le peuple à cette époque-là. Dans le coeur et l’esprit de la population, le Diable était un être dangereux, manipulateur, fourbe et puissant, bien loin de cette image de diablotin un peu ridicule.
Voici par exemple ce que disait un historien de la fin du XIXème siècle :

La véritable aristocratie au XVIIème siècle, la plus redoutée et la plus enveloppante, est celle de Satan. [Même] le Roi Soleil s’efface devant le Prince des Ténèbres. Le Diable a son culte, ses prophètes, ses adorateurs, ses historiographes, des lieutenants et des apôtres dignes de lui. Il dispute au ciel ses prêtres, son encens et ses autels. Il fait des prodiges, commande aux éléments, dispose de la santé, de la fortune, de la vie des hommes, fait tous les jours de nouvelles recrues, et de nouvelles victimes. Il épouvante ses amis, ses ennemis, et ses juges ; se moque de la torture, des bûchers, des hécatombes, passe à travers le feu, les malédictions, les exorcismes, sans être jamais vaincu ; il lutte même victorieusement contre Dieu.
Frédéric Delacroix, Les Procès en sorcellerie au XVIIème siècle, Paris, 1896

Satan était donc perçu comme un être dont la puissance concurrençait celle de Dieu lui-même…! D’où mon étonnement à le voir décrit comme une créature si faible dans les contes populaires.

Peut-être la population se rassurait-elle en se racontant des histoires dans lesquelles ils pouvaient se moquer du Diable, et ainsi combattre leurs peurs ? Ou peut-être que l’Eglise, qui comme toujours est très présente dans chacune de ces histoires, voulait ainsi ancrer dans l’inconscient collectif le fait que, tant que l’on s’en remettrait à elle, le Diable resterait toujours impuissant…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s