Le Bécut

Les Landes regorgent de créatures fantastiques en tout genre, mais aucune n’est aussi connue et redoutée que le Bécut. Ce cyclope au nez en forme de groin de porc était un ogre effrayant et cruel qui dévorait les enfants, raffolant de leur chair tendre… De nombreux parents tentaient d’effrayer leurs enfants turbulents, qui désobéissaient et voulaient sortir dans la nuit, en leur racontant les plus terribles histoires de ces géants de la lande.

Pourtant, dans les histoires les plus connues, le Bécut finit toujours par être vaincu, et cette population de géants par disparaître du pays… C’est à Contis, à Sabres et à Castets que se déroulent ces histoires, et voici ce qu’elles racontent :

Le Tuc du Bécut 

Il y avait une fois un ogre terrible, un Bécut, qui vivait dans le pays. il était énorme, barbu, poilu, avec un oeil unique au milieu du front, des mollets comme une barrique à ses jambes de géant ; pensez donc ! le Diable les lui avait pincées à la naissance, et comme pour les fruits que l’on pince, ses jambes étaient devenues magnifiques et infatigables. Il en profitait, il pouvait courir aussi vite que le vent d’ouest quand il souffle en tempête. Il se nourrissait uniquement de petits enfants ou de jeunes filles. Il arrivait comme le vent, volait un enfant seul ou une fillette isolée et allait se repaître dans son antre situé près d’ici.
Les gens du pays avaient beau lui donner la chasse avec les chiens de Contis, rien n’y faisait. Les nuits sans lune, les chiens hurlaient car le Bécut rôdait. Un jour, un berger furieux alluma le feu et la forêt brûla en partie mais le Bécut s’échappa avec ses grandes jambes et se réfugia dans les marais, plus furieux que jamais. Dès lors, de son gros oeil unique, il choisit avec rapacité les enfants les plus beaux, les petits au berceau. Tous tremblaient.
Enfin, un vieux berger se décida, monté sur de grandes échasses, à aller voir la mère du vent, loin, très loin dans les Landes, du côté de Saint-Jean-de-Bouricos.

« Madame la mère du vent, pitié, je vous en supplie.
– Hoou.
– Pitié, pitié pour nous autres de Contis, aidez-nous à tuer Le Bécut !
– Haouu.
– Si, si, ayez pitié car il ne respecte personne. Il a dit « Même le vent ne m’attraperait pas si je veux. »
– Ho ! (la mère du vent gronda) haou. Va ! je te suis. »

Et lorsque le berger arriva, il lança les chiens de Contis qui se mirent à chercher dans la nuit, et le vent furieux se mit de la partie. Tout craquait, volait, tremblait, et les gens se tenaient effrayés.
« Ah il court plus vite que moi !… » Et le vent redoubla de violence.
Le lendemain, à l’aube, tout était bouleversé. Le marais où était le Bécut avait disparu. La mère du vent avait enseveli l’ogre malfaisant sous la dune de sable qui est notre Tuc du Bécut.
On félicita le vieux berger, lui demandant comment il avait fait ? Il répondit goguenard :
« L’orgueil enterre les gens. »

Voici donc comment disparut le Bécut de Contis, disparu sous le sable de la dune… Peut-être son corps s’y trouve-t-il encore aujourd’hui !

couverture-Bladé-contes-pop-gasc-ed-Aubéron-2008

A Castets aussi, c’est le péché d’orgueil qui a eut raison du géant à l’oeil unique. Un berger l’a provoqué, lui soutenant qu’il serait incapable de sauter dans l’eau de la Fontaine Vive. Voulait lui prouver le contraire, le Bécut s’y précipita et fut englouti à jamais dans les eaux du puits.

Celui de Sabres n’eut pas plus de chance et fut lui aussi vaincu par la ruse des landais :

Le Panturon du Bécut

Pas très loin d’ici dans la lande, du côté de Sabres, vivait un Bécut, grand, gros, barbu avec un oeil au milieu du front. Il était horrible. Comme son cousin de Contis, il mangeait de la viande fraîche. Mais plus intelligent, il faisait travailler des hommes et des femmes pour lui garder d’innombrables troupeaux de moutons. Il avait ainsi toujours de la chair fraîche : les agneaux en particulier, qu’il aimait bien faire rôtir lui-même. Aux bergers, il ne laissait que l’intérieur : tripes, foie, rate, poumons, et le bout des pattes nageant dans le sang.
Avec ces quatre éléments, cuits pauvrement dans de l’eau et revenus dans une coquelle, les vieilles landaises réussirent à faire une sauce exquise.
Un jour qu’il faisait rôtir son agneau, le Bécut eut un doute.
« Pourquoi Diable mes bergers sont-ils ravis quand je tue un agneau et veulent-ils le saigner eux-mêmes ? Allons voir ce qu’ils font ! »
Il les trouva tous la face enluminée : Mentoun lusen, bente counten (menton luisant, ventre content) marmonna-t-il, et aussitôt il prit la marmite pour goûter leur pitance. C’était une sauce noirâtre, grumeleuse, de piètre aspect mais qui embaumait. Il y goûta, la trouva à son goût et décida que désormais, il faudrait lui faire le panturon.
Qui furent attrapés ? Les bergers privés de leur sauce ! Aussi, résolurent-ils de se venger. Le jour de grande fête, où tous les Bécuts de la lande étaient réunis – sauf celui de Contis déjà enfoui sous la dune, et celui de Castets englouti par la fontaine vive – ils versèrent du poison dans la panturon. Tous les ogres moururent et, depuis, on ne voit plus de Bécuts dans la lande, mais il est resté un plat tout simple et très bon, le panturon.

La légende des Bécuts ne se limite pas aux Landes et l’on retrouve des récits similaires dans les Pyrénées, ainsi que chez nos voisins gersois.
Le collecteur de contes Jean-François Bladé nous a ainsi offert un récit différent ce ceux que l’on connait dans les Landes, dans lequel les Bécuts vivent « dans un pays sauvage et noir, dans un pays de hautes montagnes, où les gaves tombent de trois mille pieds ». Il faut marcher sept mois pour s’y rendre. Les Bécuts y élèvent de nombreux troupeaux de vaches et de moutons aux cornes d’or. Ils les élèvent pour leur viande mais n’ont que faire des cornes d’or qu’ils laissent tomber au sol. Et gare aux courageux qui voudraient les ramasser pour faire fortune ! Si un Bécut les attrape, il les fera rôtir vivants !
Le conte de Jean-François Bladé raconte ainsi comment un jeune homme et sa soeur se sont fait capturés alors qu’ils ramassaient des cornes d’or, et comment le garçon a charmé le géant grâce aux contes de son pays, parlant toute la nuit pour repousser le moment où l’ogre le ferait cuire… Le jeune homme finit par crever l’oeil du Bécut alors que celui-ci s’était endormi, afin de l’affaiblir et de pouvoir s’enfuir en s’enveloppant dans la peau d’un mouton que le cyclope venait de dépecer. Comme toujours le Bécut finit par être vaincu, et les deux jeunes gens réussissent à s’enfuir avec deux grands sacs remplis de cornes d’or qu’ils rapportèrent à leur mère.

Il est intéressant de voir que, dans cette version comme dans celle de Sabres, les Bécuts sont des créatures qui élèvent des troupeaux. Ce n’est pas sans rappeler la mythologie grecque ; Homère et Virgile nous rapportent que les Cyclopes sont des géants sauvages et anthropophages qui vivent en élevant des moutons.

Le plus célèbre de ces cyclope est Polyphème, le Cyclope qu’Ulysse et ses compagnons rencontrèrent dans le chant IX de l’Odyssée d’Homère. Et ce qui leur arriva dans l’antre de Polyphème nous rappelle curieusement le conte de Jean-François Bladé…
En effet, en explorant la terre sur laquelle ils avaient accosté, Ulysse et ses compagnons découvrirent un caverne remplie en abondance de nourriture, et ils décidèrent de se servir. Mais c’est dans l’antre de Polyphème qu’ils se trouvaient, et celui-ci les enferma dans la grotte et en dévora deux au passage. Afin de rendre Polyphème moins alerte, Ulysse lui donna une barrique d’un vin très fort. Une fois le géant endormi, Ulysse et ses hommes utilisèrent un pieu durci au feu et crevèrent l’œil du géant. Le lendemain matin, Ulysse accrocha ses hommes ainsi que lui-même sous les brebis de Polyphème. Ainsi, lorsque, comme à son habitude, le Cyclope sortit ses moutons pour les mener au pâturage, les hommes furent transportés hors de la caverne.

TIBALDI, Pellegrino - L'aveuglement de Polyph_meL’aveuglement de Polyphème, Pellegrino Tibaldi, 1554

Vous pouvez le constater, les deux histoires sont très similaires, et il est très probable que ce passage de l’Odyssée ait inspiré ce conte gascon rapporté par Bladé, adapté à la sauce locale avec un monstre bien de chez nous…
Une nouvelle preuve que les légendes n’ont pas de frontières, et que les mythes ne cessent de se croiser et de s’adapter !

Une réflexion sur “Le Bécut

  1. Pingback: Le Drac | Les Pins Parleurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s